Archives de la catégorie: Classiques

Top 25 des préférées de Phil – #13 – Iso Grifo

Quand on parle des constructeurs de GT italiens, on pense évidemment à la Sainte-Trinité (Ferrari, Maserati, Lamborghini) mais aussi à la défunte marque De Tomaso, dont la légendaire Pantera assure la postérité. Iso, par contre, demeure un secret bien gardé.

Lire la suite

Top 25 des préférées de Phil – #12 – Alfa Romeo Montreal

J’ai vu une Montreal pour la première fois dans… une BD. Ne me demandez pas laquelle, peut-être le Journal de Spirou, mais je ne suis pas certain. Ce qui est certain, par contre, c’est que je n’étais pas très vieux et ce qui m’avait alors impressionné, c’est qu’une voiture porte le nom de LA grosse ville près de chez moi.

Lire la suite

Top 25 des préférées de Phil – #6 – De Tomaso Mangusta

Bon, je vais encore vous faire le coup de celle que j’ai d’abord connu en miniature… C’est dire l’importance qu’avaient mes petites autos lorsque j’étais gamin : non seulement étaient-elles au centre de mon petit univers, mais elles ont été ma porte d’entrée vers l’univers, plus vaste, de l’automobile.

Lire la suite

Top 25 des préférées de Phil – #5 – Maserati Mistral

Encore une que j’ai connu d’abord en miniature, fabriquée cette fois par Hot Wheels. Je la trouvais plutôt belle mais comme ce fut le cas aussi pour la Miura et l’Interceptor, j’ai vraiment craqué lorsque j’en ai vu une vraie pour la première fois, dans un obscur film de série B diffusé l’après-midi et dans des magazines.

Lire la suite

Top 25 des préférées de Phil – #4 – Ford GT

Même si elle a été introduite en 2005, la GT est, elle aussi, un amour d’enfance puisque c’est une copie quasi-conforme de la légendaire GT40, quadruple gagnante des 24 Heures du mans et ma voiture de course préférée depuis … toujours.

Lire la suite

Top 25 des préférées de Phil – #3 – Corvette Sting Ray 1963

La Corvette et moi, c’est une longue histoire d’amour (une autre), qui remonte elle aussi à l’enfance. La troisième génération (C3) est apparue en 1968, alors que je n’avais que quatre ans, et elle a duré jusqu’en 1982; j’aurai donc connu l’apogée mais aussi le déclin de cette mythique sportive.

Lire la suite